Télégraphes à vue

Télégraphes électriques à vue

Télégraphe à cadran de Bréguet (1844) présenté dans notre salle d'exposition

Le télégraphe à cadran de Bréguet qui était surtout utilisé dans les chemins de fer français fût mis en service pour la première fois sur la ligne de chemin de fer de Paris à Versailles en juin 1844.

Il utilise le principe de l'électro-aimant (inventé par Sturgeon en 1825) alimenté par du courant électrique (pile inventée par Volta en 1800) qui était transporté, le long des voies ferrées, par un fil électrique, le retour se faisant par la terre.

 Le manipulateur Bréguet (photo de droite) est constitué d'un cadran portant les 25 lettres de l'alphabet plus une croix qui servait à séparer les lettres et d'une manivelle tournant dans le sens des aiguilles d'une montre.

Pour envoyer un message, par exemple le mot 'BACCON', il suffit de se positionner d'abord sur la croix puis de déplacer le curseur jusqu'à la lettre 'B', de rester quelques instants sur cette lettre puis de poursuivre le déplacement jusqu'à la croix. On continue sur le même principe avec les lettres 'A', 'C', 'C', 'O' et 'N' de BACCON.

 La ligne électrique permet la liaison entre le manipulateur et le récepteur à cadran (photo de gauche).

A chaque déplacement d'une lettre sur le manipulateur, un contact et une interruption s'établi sur la ligne ce qui entraine le passage du courant dans l'électro-aimant du récepteur. Un système d'horlogerie fait avancer l'aiguille du récepteur qui se positionne sur les mêmes lettres que le manipulateur.

 

Le personnel devait donc se tenir devant le récepteur. Il notait les caractères au fur et à mesure de leur positionnement. La transmission était du type synchrone, c'est à dire en temps réel et sans correction possible. Un appel par une sonnette électrique précédait le début du message pour prévenir le personnel.

 A consulter une explication plus détaillée sur le lien : http://visite.artsetmetiers.free.fr/telegr_vue.html

 

 

Date de dernière mise à jour : 18/12/2014